La Dent dure

Isabelle Garreau
Isabelle Garreau, La Dent dure

Aléa la guérisseuse vit dans une cavité de roche et, initiée au monde sauvage, soulage les maux de ceux qui la consultent. Eléanore, adolescente de province, s’engage sur les routes d’Europe pour fuir une vie de soumission muette et la tyrannie qui condamne les filles à être sages. Mksheta la conteuse, depuis une caravane de marchands ou au cœur du harem du sultan, charme son public de ses his-toires. Entre elles circule un étrange objet : une dent scellée dans de l’ambre, relique convoitée à travers les âges. Parce que toutes trois empruntent des chemins de traverse, le récit officiel tente d’en faire des saintes, des putains ou des folles pour mieux contenir leur puissance et réécrire leur histoire. Leur voix, forte, dangereuse et mystérieuse fait trembler les hommes.

La Dent dure est un conte féministe qui entremêle le destin de ces héroïnes, toutes liées au fil des siècles par un curieux talisman. De la Perse antique à la France contemporaine, ce premier roman fougueux nous fait entendre leur voix qui gronde et grandit tel l’écho irrépressible de la liberté des femmes.

Sélection Prix Premières paroles 2023

  • Spécialisée en littérature médiévale, Isabelle Garreau a enseigné au collège durant une vingtaine d’années et préside depuis encore plus longtemps une école de cirque. Elle aime noircir le papier et quelques-uns de ses poèmes ont été publiés. La Dent dure est son premier roman.
  • Revue de presse
    Se promenant avec la même insolence avant Jésus Christ, du côté des Perses, ou après Mitterrand dans les squats parisiens, l’autrice trouve un joli équilibre entre la magie du conte et la verdeur de la révolte.
    Voilà un roman fougueux donnant vie à la lutte des femmes pour leur liberté de la Perse antique à la France contemporaine.
  • Un récit très fort, une narration percutante . Nous sommes par moment en plein chant initiatique.
    Voici un conte qui croise les époques. Entremêle les destins. Un premier roman où la force de la nature se lie au féminin sacré. Où le destin se rit des religions.
    Il fallait de l’imagination pour prendre comme fil rouge une dent scellée dans un morceau d’ambre. Défi relevé avec brio avec Isabelle Garreau qui nous entraine dans trois histoires sans unité de temps et d’époque. Le point commun : une jeune femme en est l’héroïne et c’est sa condition de femme qui scelle son destin. Ces trois personnages doivent faire face aux préjugés liés à leur sexe, considérées comme des objets sexuels, des monnaies d’échange, des sorcières ou encore des dangers pour le bon ordre de la morale et la religion. Jusqu’au jour où...
    Voici un récit savoureux, à la construction façon puzzle, dont l’ultime pièce vient se placer à la fin pour révéler le lien et la chronologie entre les 3 destins, les 3 époques des 3 héroïnes, toutes trois femmes remarquables. Cette histoire en forme de conte très réaliste souligne avec un humour décapant le traitement des femmes depuis des siècles, leur capacité à former une chaîne résistante, résiliente. « La dent dure » ou « Avoir la dent dure », le livre illustre parfaitement cette formule. La dent-talisman, objet à la fois réel et symbolique incarne ici la transmission entre femmes dépossédées de tout. Le ton est sans concession mais léger, le style enlevé, incisif, ramassé ; il épingle sans pleurnicheries la violence des hommes, le poids du patriarcat et de la religion mais aussi la complicité des mères déjà asservies.
    3 femmes, 3 époques, la même rage de vivre face à l’oppression. Un texte percutant et émancipateur!
    Trois époques, trois femmes et une relique... Des personnalités fortes, indépendantes et sensibles à l’environnement. Un très beau roman à la lisière du conte.
    Ce coup de cœur est un cri à la liberté, un baume et une envie de révolte. Un roman de souffle et de lutte!
    Un conte historique et féministe qui fait la part belle à l’insoumission (...) un roman d’aventure enlevé et érudit.
    Trois femmes. Trois époques. Une seule fatalité : le sort qui leur est réservé. Le premier roman d’Isabelle Garreau, un coup de cœur de notre équipe!
    La dent dure est avant tout un très beau livre sur le pouvoir des femmes et sur la sororité.
    Vous aimez :
    - les contes ?
    - le féminisme ?
    - les filles badass ?
    - le merveilleux et le mystique ?

    Eh bien avec La dent dure, vous serez dument servi.e.s!
  • I - Les Frisons


    Un matin de l’été 752 les Frisons, bestiale nation de marins, rebroussèrent le cours de l’Ode : naviguant loin du chenal, le mât baissé, l’embarcation frôlait la berge sous les feuillages ; ses rames horizontales sur l’onde brune l’effleuraient de leur rythme lent en succions menaçantes.

    Les hommes du Nord frémirent à l’idée de débarquer à pas de loup dans leurs mocassins de renne. La nuit commençait à blanchir, ils fondirent sur un oppidum pour s’emparer de poules, d’agneaux, de lait, de femmes et d’enfants.

    Parmi les pauvres hères du hameau ce fut l’effroi, mais il était trop tard. Médusés puis foudroyés par le tonnerre d’Odin qui s’abattait sur eux, ils se laissèrent égorger sans plus de résistance. L’écho des hurlements et des suppliques se propagea sur le fleuve. Le brasier teintait les nuages de bronze des lueurs de l’enfer.
    La trompe malgré tout eut le temps de sonner l’alarme et son cri déchira l’aurore.
    En amont, la corne avait joué son office : le hameau prochain, Alunia, aurait peut-être une chance d’assurer sa survie. La trentaine d’âmes du petit oppidum d’Alunia courut se réfugier dans les prémisses d’une chapelle, modeste bâtisse de pierre que tentaient de construire deux moines missionnaires.
    Pour les Northmen affamés de rapines, la pierre taillée était une enseigne indiquant la présence d’or, de cire et de vin. Ces curieuses maisons solides étaient rares et constituaient le but de leurs expéditions. La terreur sanglante qu’ils semaient sur leur passage n’avait d’autre objet que de ravir de maigres trésors, de revendre femmes et enfants sur les marchés, aux Lives, aux Slaves et aux Varègues.
    Ils défoncèrent la porte de la chapelle à coups de bélier. Les moines à genoux leur offrirent ce qu’ils avaient de plus précieux : la Bible enluminée et la croix d’or fichée sur son manche de noisetier.
    Désappointés, les Vikings trucidèrent quelques rustres puis voulurent jouir des matrones pouilleuses qui sanglotaient recroquevillées à terre : ils ne pourraient les vendre. Les deux religieux, traîtres courageux, en des mimiques soumises les prièrent de les suivre afin qu’ils acceptassent la plus belle créature de l’endroit.
    Les moines les guidèrent à l’extérieur de l’enceinte de fortune et empruntèrent un sentier qui se perdait dans la forêt après deux ou trois lieues.
    Non loin des berges de l’Ode, une jeune anachorète avait élu domicile dans une caverne dont l’entrée demeurait cachée par la végétation qui fermait ses longs cils sur l’œil sombre de la grotte. Écartant ce rideau de verdure, Aléa se montra, car elle avait reconnu la voix d’un des frères lais. Les Northmen, sortant de leur silence et de leurs cachettes, l’empoignèrent pendant que d’autres fendaient les moines à la verticale.
    Ils la besognèrent sauvagement, l’empalèrent, l’écartelèrent, la pulvérisèrent. Enfin ils la brûlèrent. Ils auraient pu la vendre une bourse d’or, mais elle ne serait jamais arrivée à bon port.

    Apercevant la fumée noire les marins restés au bateau s’approchèrent de la rive pour rembarquer les guerriers, et repartirent par où ils étaient venus.
    Après un long temps de stupeur, assurés que les Frisons s’en étaient allés car ils n’entendaient plus que le silence, les villageois encore tremblants cherchèrent leurs deux moines partis du côté de la clairière : les quatre moitiés baignaient dans un sang noirci.
    Et sous les cendres encore chaudes, il ne restait pas un cheveu d’Aléa.
    Malgré le carnage et le pillage les habitants étaient saufs. Cette désolation, apprécièrent-ils, affichait un niveau acceptable de désespoir si l’on considérait que tout ce qui vivait en aval avait disparu.
    Cependant une commère d’Aléa resta figée au bord du foyer où la jeune fille s’était dissoute pen-dant la nuit. Munie d’une branche, la villageoise tisonnait avec précaution le manteau gris de la cendre, comme si l’âme de la vierge y logeait encore. Une braise s’empourpra mais il s’agissait en fait d’une pierre polie exhalant une odeur de sapin d’hiver, elle était froide dans sa main. Au creux de sa paume, la boule d’un bel orangé laissait transpa-raître… une dent. Une dent lévitant dans son bain de safran.
    Ils s’agenouillèrent, rendant grâce à la jeune femme, on parla de miracle : une canine d’Aléa avait été sauvée du carnage.
    Quelques semaines plus tard, la soldatesque de l’épiscopat longeant les décombres prit la mesure du désastre. L’évêque pénétra le camp de fortune : Seule la chapelle avait résisté. Ils la confièrent à un prêtre qui prit possession du lieu.
    On enterra les quatre moitiés de moines.
    Aléa fut déclarée vierge, martyre et sainte par l’évêque de Tours, convaincu par la merveille recueillie dans les braises encore chaudes de la jeune fille.
    Le seigneur d’Alunia, Wunduffel, offrit libéralement une livre d’or et quelques pierreries pour confectionner le reliquaire de la dent.

  • Les Dalvettes présentent La Dent dure

    A l’occasion des journées de rentrée organisées par le CDE, Juliette Ponce et Marie-Anne Lacoma parle des premiers romans de la rentrée littéraire 2023. Copyright One Shot

    La librairie Mollat interroge Isabelle Garreau

Actualité autour du livre
  • La Dent dure au Prix des Lecteurs de la Chartreuse

    Le premier roman d’Isabelle Garreau fera partie de la sélection de six romans en lice pour le Prix des Lecteurs de la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon. Verdict en octobre prochain et lecture du texte de lauréat en décembre, à l’occasion des Journées de l’édition théâtrale.

  • La Dent dure au prix Premières paroles

    Le prix Premières paroles, organisé par le Festival Terres de paroles, couronne chaque année un premier roman. Dans la sélection figure cette année l’explosif roman d’Isabelle Garreau, La Dent dure. Le verdict rendu par des comités et lectrices et lecteurs est attendu en juin 2024, à l’occasion du festival.

  • La Dent dure au Prix de la Roquette

    Le Prix littéraire de la Roquette 2023, organisé par le comité d’intérêt de quartier (CIQ) à Arles, a fait sa sélection de cinq premiers romans et parmi eux, celui d’Isabelle Garreau, La Dent dure. Nous attendons avec impatience le verdict du jury !